De la complexité à la simplicité : comment s’y rendre

 

Image article_De la complexité à la simplicité_avril 2015

Outil Perspectivo par Conceptuose, avril 2015

Voici Perspectivo l’outil pratique
qui accompagne cet article

Que c’est complexe. C’est un sujet très complexe. C’est vraiment complexe. Complexe. Complexe. Complexe.
(Prenez un moment ici, pour entendre le son du mot complexe.)
Sa sonorité est grinçante. Comme un serpent qui siffle et qui dirait tout bas : ne t’y risque pas, tu n’arriveras jamais à l’expliquer. Les images qu’évoque le mot complexe intensifient également cet effet justement de com-plex-ité. C’est sans oublier son orthographe, qui j’en suis certaine, est le fait d’un complot. Pourquoi avoir, en effet, placé ce x, comme une barrière, juste avant que ne se termine le mot? Je rigole. Passons aux choses sérieuses. D’où provient la complexité d’un sujet? Comment, à partir d’elle, se rendre à la simplicité? Je réponds à ces deux questions et vous donne des conseils concrets accompagnés d’un outil pour vous permettre de les appliquer. Pour les experts, les designers, les communicateurs et les créateurs tout court.

Qu’est-ce que la complexité?

La complexité est une courtisane diplômée. Sophistiquée, impressionnante et exubérante, elle laisse souvent sans mot. Particulièrement habile au jeu de la fausse piste, elle peut en décourager plus d’un. Toutefois, avez-vous remarqué que les sujets dits complexes, difficiles à expliquer, partagent souvent l’une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

  • Ils se présentent à l’esprit à la fois sous les mille et un petits détails qu’il ne faudrait surtout pas oublier et sous une vue d’ensemble sublime, saisissante et lisse. Aucun fil sur lequel tirer.
  • Ils se composent d’un grand nombre d’éléments et les liens qui les relient sont dignes des formules mathématiques les plus élaborées.
  • Ils donnent l’impression que vous seul pouvez vraiment en avoir une juste compréhension ou qu’au contraire, vous n’en savez pas encore assez pour en parler.
  • Ils offrent l’illusion parfaitement réussie que la compréhension de vos lecteurs doit être à la fois entière et immédiate.

Mais que faire alors?

Par où commencer pour passer de la complexité à la simplicité?

Lorsqu’elles dansent, les danseuses de flamenco font tourner et virevolter leurs robes colorées au gré de la musique et de leurs sentiments. Ne tentez pas de décoder les différents mouvements du vêtement, vous n’y arriverez pas. Par contre, si vous vous rapprochez suffisamment, il se passe quelque chose d’extraordinaire. Votre regard, d’abord ébloui, cesse de s’agiter et encadre un aspect particulier de ce qui est en train de se passer. Nous y voilà. La perspective est telle une fenêtre sur un mur. Elle propose au regard un point de vue particulier. Détournez votre regard de la fenêtre et vous verrez autre chose. Voilà comment travailler avec la complexité : laissez-la danser et amusez-vous à l’observer sous différents angles.

Comment identifier les différentes perspectives?

Prenez quelques instants pour penser au sujet que vous voulez traiter. Prenez quelques secondes maintenant.

(…)

Inscrivez sur un papier les mots ou les phrases qui correspondent aux aspects du sujet qui vous intéressent, qui vous fascinent et, évidemment, que vous connaissez. À chaque idée que vous venez de nommer correspond une perspective, car dans le langage, chaque idée est toujours le point de vue d’une autre idée.

Voici un exemple.
Vous êtes maître cuisinier. Les plats végétariens constituent votre spécialité. Votre péché mignon toutefois (l’affaire à laquelle il vous est particulièrement ardu de résister) : la composition de salades visuellement attirantes et éblouissantes. Votre dernière création, vous lui avez donné le nom de salade d’émerose… un nom qui rappelle la couleur de l’émeraude caractéristique des épinards et celle de la rose qu’incarnent à la perfection ces fraises que vous avez minutieusement taillées sous la forme de pétales. Vous voyez ce que je veux dire?

Tirées de ce court extrait, voici les différentes perspectives que j’identifie (en ordre alphabétique) :
1. Bijoux comme source d’inspiration dans la création des salades (Les)
2. Couleurs et leurs significations (Les)
3. Étapes de composition (Les)
4. Nom des plats (Le)
5. Règles de composition (Les)
6. Rôle des épinards dans la composition des plats (Le)
7. Saveur des couleurs dans les plats (La)
8. Utilisation des végétaux dans la création de plats (L’)

Cet exemple, inspiré de mon expérience personnelle, est particulièrement utile pour illustrer l’importance de nommer ce qui vous vient spontanément à l’esprit, de suivre, comme je le dis souvent, le fil de vos idées. Votre inspiration.

Et le sens dans tout ça? Comment ne pas en sacrifier une seule goutte?

Il y a une règle logique, que j’apprécie particulièrement, et que j’ai nommée au fil du temps, la Loi du tout, qui permet de joindre à votre inspiration une dose essentielle de raisonnement. Cette loi consiste tout simplement à valider que l’ensemble des éléments d’une perspective donnée forme un tout.
Voici des exemples. Vous abordez votre sujet sous l’angle :

  • des couleurs. Afin d’obtenir un tout, les composantes explorées pourraient être les suivantes : couleur primaire(a), couleur secondaire(b) et couleur tertiaire(c) … car a + b + c = Ensemble
  • des rôles. Afin d’obtenir un tout, les composantes explorées pourraient être les suivantes : Premier rôle(a), Deuxième rôle(b) et Troisième rôle (c) … car a + b + c = Ensemble
  • des étapes. Afin d’obtenir un tout, les composantes explorées pourraient correspondre aux différentes étapes à suivre.
  • Etc.

La Loi du tout est une des règles fondamentales de la scénarisation des idées et de l’organisation des idées en général. La respecter constitue une des façons d’obtenir de la cohérence, concept que je définis dans l’article : L’art de la vulgarisation ou pourquoi vulgariser est plus qu’un exercice de simplification. Par ailleurs, pour poursuivre dans le même ordre d’idées, soit l’identification des perspectives, dans cet article, la vulgarisation y est abordée à travers la perspective suivante : les principes philosophiques.

L’adoption d’une perspective ou d’une combinaison de perspectives permet de se rapprocher de la simplicité en donnant à un texte une structure logique. Elle permet d’y apporter, et c’est le cas de le dire, un regard neuf.


Complexité, je t’aime. Tu es belle. Et encore plus, maintenant que je sais, oh oui, je sais que tu es nulle autre que la simplicité en tenue de soirée…

Laisser un commentaire